Endettement de la France


 

La gestion des gouvernements qui se sont succédés au pouvoir depuis ces dernières années a été lamentables : hausse des prélèvements de tout genre (impôts, TVA, prélèvements sociaux, « refiscalisation » des heures supplémentaires, taxes sur les carburants, malus écologique sur les voitures particulières, taxes diverses sur vos factures d’eau, de gaz ou d’électricité, assurances …), baisse des remboursements, hausse du chômage et accroissement du déficit budgétaire !

L’endettement de la France est ASTRONOMIQUE.

 

La dette était déjà de près de 713 milliards en 1996

 

Les chiffres publiés par l'Insee le 30 septembre 2016 font état d’une dette publique française de 2170,6 Milliards d'Euros à la fin du second trimestre 2016, soit une hausse de 31,7 milliards en un trimestre !

 

Ce fardeau équivaut à 98,4% du PIB, soit quasiment un an de la richesse produite par le pays !

 

Aujourd'hui, la France emprunte à des taux très bas (0,7%, pour information, l'Allemagne, elle, empruntait sur la même période à 0,4%), en raison de la politique accommodante de la Banque centrale européenne. Une situation potentiellement explosive si les taux étaient revus à la hausse.

 

Les particuliers que nous sommes ne pourraient jamais arriver à cette situation : nous aurions depuis longtemps eu la visite d’un huissier et été interdit bancaire.

 

A ce rythme  la France court à la catastrophe.



Obligation de présenter un budget équilibré

 La première décision à prendre est d’interdire à tout gouvernement de présenter un budget déséquilibré : comme pour tout contribuable ou toute entreprise, la somme des dépenses doit être à minima égale voire inférieure à la somme des recettes.


Réduction des dépenses de l'Etat

 La seconde décision à mettre en œuvre est de réduire les dépenses de l’état : moins de dépenses = moins de besoin de recettes donc moins d’impôts …