Du travail pour tous !

 

Il faut cesser de monter les uns contre les autres …

 

Passé 45 ans, les personnes en recherche d’emploi sont souvent considérées par certains employeurs comme trop vieilles, trop chères, pas assez malléables …

 

Moins de 30 ans, elles sont considérées comme inexpérimentées et prêtes à accepter n’importe quoi, et en particulier au niveau du salaire et des conditions de travail !

 

Il faut renverser cette situation en revenant à une situation de « plein emploi » et tout le monde trouvera sa place dans le monde du travail : l’expérience et les idées neuves ne sont pas incompatibles, loin de là !

  

Pour cela, relance et croissance via un regain de compétitivité de nos entreprises en réduisant le coût du travail (et non les salaires). 



Baisse des impôts et charges

Les entreprises croulent sous les contraintes, les charges et les taxes.

 

Fonction publique, commerce, services, tourisme, retraités et chômeurs ne suffisent pas à faire vivre le pays : un pays sans industrie n’est rien.

Nous proposons une baisse significative de l’impôt sur les sociétés et des charges sociales (patronales et salariales) afin de renforcer la compétitivité des entreprises et d’accroitre le pouvoir d’achat des salariés.

 

Nous ne pouvons pas attendre un hypothétique retour de la croissance : il faut le provoquer ! 


Investissement, embauche et innovation ...

 

D’autre part, il faut aussi inciter les entreprises à réinvestir, innover et embaucher du personnel en réinventant les dispositifs pour le faire.

 

Il ne faut pas laisser nos entreprises prendre du retard dans son évolution technologique vis-à-vis des autres pays.

 

Productivité et amélioration des conditions de travail

A titre d’exemple, nous sommes très en retard en matière de robotisation par rapport à nos concurrents allemands ou italiens.

 

Or, la robotisation permet aussi d’éviter des licenciements ou des fermetures d’entreprises en les rendant plus compétitives et en améliorant les conditions de travail (robots collaboratifs permettant de réduire ou supprimer des tâches fastidieuses et sans réelles valeur ajoutée telles que manutention, meulage, chargement de machines …) et donc la productivité et le bien-être au travail du collaborateur.

Responsabilisation des salariés et partage des bénéfices

Bien souvent, la réelle valeur ajoutée dans l’entreprise, c’est le salarié !

 

Dans les SCOP (Société COpérative société et Participative …), les salariés sont leurs propres patrons. De ce fait, leur responsabilisation est bien plus grande et ils en tirent les bénéfices …

 

Une entreprise fonctionnera d’autant mieux que ses salariés travailleront dans de bonnes conditions de travail (environnement, rémunération, conditions de travail …). Il faut arrêter de monter les salariés contre les entreprises !

 

Nous proposons de réfléchir à tout dispositif permettant de renforcer l’implication du salarié et sa responsabilisation dans son travail dans un esprit « gagnant/gagnant (entreprise/salarié): 13ème mois, intéressement, participation, actionnariat ...

 


Encadrement de la rémunération du dirigeant

Qu’un dirigeant ayant monté son affaire en prenant des risques et déployant énormément d’énergie pour le faire décide de ses avantages, de son salaire ne nous choque pas : il doit en principe savoir ce qu’il fait et ce que son entreprise peut se permettre.

 

En revanche, nous ne cautionnons absolument pas les dirigeants salariés qui s’octroient, parfois en l’absence d’accord des actionnaires, des augmentations conséquentes alors que l’entreprise est en difficulté et qu’ils demandent des concessions aux salariés telles que réduction des effectifs, gel des salaires ou augmentation du temps de travail sans augmentation salariale …

Nous pensons donc qu’il faut mettre en œuvre une loi pour empêcher ces pratiques hallucinantes !