Ne pas obliger de s’exiler …

Près de 8 000 adultes et enfants sont exilés en Belgique faute de places dans les établissements médico-sociaux de notre pays, ne nourrissant donc pas l'emploi local avec des financements français.

  

Il faut travailler à la recherche de solutions d'accueil en France innovantes et, surtout, favoriser les options alternatives et locales tels que des petites unités avec un accompagnement personnalisé ce qui permettra à chacun de vivre au cœur de nos cités et contribuera à maintenir les activités sociale et économique liées.

  

Cette orientation sera certainement plus sociale et beaucoup moins coûteuse que celles en vigueur actuellement.

 


Emploi : là aussi le chômage sévit !

Comme pour tous nos compatriotes, le taux de chômage des personnes handicapées est trop élevé !

 

Certains pointent du doigt le faible montant de l’allocation adulte handicapé et nous font remarquer, à juste titre, que celui-ci est en dessous du seuil de pauvreté.

 

Or, bon nombre de personnes touchées vous répondra que la réponse n’est pas dans l’augmentation de « l’assistanat » mais dans l’aide à l’autonomie …

  

Il faut donc là encore travailler à l’intégration sociale et l’indépendance financière par l’emploi en travaillant sur la formation (initiale et tout au long de la vie professionnelle) mais aussi sur l’information et la mise en adéquation des besoins des entreprises et des personnes en situation de handicap.

Des lois concernant l’accessibilité à mettre en œuvre …



 

Depuis le 1er janvier 2015, tous les établissements recevant du public (ERP) doivent être accessibles à toutes formes de handicap.

  

La loi n'a pas suffisamment été suivie d'effet, ce qui a contraint le gouvernement à fixer de nouveaux délais allant, dans certains domaines comme les transports, jusqu'à 9 ans de plus !

  

Une fois n’est pas coutume, il faut faire appliquer la loi mais en intégrant les réalités du terrain et les contraintes des petits exploitants et commerces.

  

Encore et toujours l’innovation et la contribution de tous peut nous faire avancer dans le bon sens …

  

Pourquoi pas des notions d' « accessibilité partagée » (à titre d’exemple des toilettes adaptées à distance raisonnable les uns des autres dans les espaces publics) ?